Sainte Jeanne d’Arc : du martyre à la canonisation

Le 16 mai 1920, Jeanne d’Arc était canonisée par le Pape Benoît XV. Cent ans plus tard, Rouen, ville qui l’a condamnée puis réhabilitée, lui rend hommage et demande, près de 600 ans après son décès, son secours. Saint Jeanne d’Arc, en effet, est plus que jamais d’actualité.

Jeanne, la Sainte

Sainte Jeanne d’Arc est l’incarnation même des trois vertus théologales : la foi, la charité et l’espérance. Sa foi se caractérise par sa proximité directe avec Dieu, à travers les Saints qu’Il lui envoie pour l’appeler, la conseiller et la soutenir. La prière qui rythme sa vie, notamment avant les combats, sa certitude absolue de la maîtrise divine des événements, de son départ de Domrémy jusqu’au terme de son procès, ainsi que sa devise, « Dieu premier servi », témoignent de la profondeur de la foi de la Pucelle d’Orléans. Sa célèbre réponse quant à son état de grâce, « si je n’y suis, Dieu veuille m’y mettre ; si j’y suis, Dieu veuille m’y tenir », est la preuve d’une intelligence chrétienne rare et profonde, à la fois pleine de confiance en Dieu et d’humilité. La charité de Sainte Jeanne d’Arc est la plus parfaite qui soit : à l’image du Christ, elle a donné sa vie par amour, pour le salut à la fois charnel et éternel de la France. C’est l’amour qui l’a toujours guidée : l’amour de Dieu, l’amour de sa patrie et de son Roi, l’amour de son prochain. Bien que contrainte de faire la guerre, elle chercha toujours à limiter les dégâts, et nombre de ses soldats purent sauver leurs âmes en se confessant sur le champ de bataille. L’espérance, quant à elle, est visible dans son abandon total envers la Providence. Dieu sauvera la France, elle en avait l’assurance, ce qui est particulièrement flagrant lors de son procès notamment, quand elle déclara à ses juges, en réponse à leur question sur la haine que porterait Dieu aux Anglais : « De l’amour ou de la haine que Dieu a pour les Anglais, je n’en sais rien ; mais je sais bien qu’ils seront tous boutés hors de France, excepté ceux qui y périront ». Dieu peut tout.

Jeanne, la sauveuse

Dire que l’action de Sainte Jeanne d’Arc a été bénéfique à la France est un euphémisme. En proie à la guerre civile, tiraillée entre deux clans auxquels s’ajoutent les Anglais, privée de Roi, la France est au plus mal lorsque pour la première fois, Jeanne, âgée de seulement treize ans, entend ses Voix. D’abord effrayée, Sainte Jeanne d’Arc finit par identifier Sainte Marguerite, Sainte Catherine et Saint Michel Archange, et se mit en marche pour accomplir le projet de Dieu pour la France : bouter l’Anglais hors du Royaume, et mener à Reims le Dauphin, afin qu’il soit sacré Roi de France. Militairement, politiquement et spirituellement, l’action de la future Sainte fut un triomphe. À sa mort, le 30 mai 1431, la France est encore divisée, l’envahisseur anglais est toujours présent sur des pans entiers du territoire, mais le sens du vent a changé : Orléans a été libérée, les Anglais ont été défaits à Patay et leur prétendue invincibilité n’a plus lieu d’être, Troyes, Châlons et Reims ont fini par ouvrir leurs portes… Seules la Normandie, la Picardie, une partie de l’Île de France et la Bourgogne restent alors sous contrôle anglais. Les armées du Dauphin, devenu Charles VII à la suite du sacre à Reims, ont pris l’ascendant, et la Guerre de Cent ans touche à sa fin – même si des soubresauts la font s’achever officiellement en 1475.

Si Jeanne d’Arc n’a pas connu le succès final, elle a donné l’impulsion qui a permis aux armées françaises de prendre le dessus. Le sacre de Charles VII à Reims, le 17 juillet 1429, est l’aboutissement de longs mois d’efforts pour Sainte Jeanne d’Arc, tant diplomatiques que militaires. Accusée de folie et d’hérésie, moquée, elle a dû gagner petit à petit la confiance des seigneurs afin d’approcher le Dauphin, lui-même initialement peu sensible à son discours, et ensuite faire ses preuves militairement pour prouver qu’elle est bien entre les mains de Dieu et que ce-dernier a effectivement un grand projet pour la France : la réunir derrière son Roi. On attribue la naissance du patriotisme en France à l’épopée de Sainte Jeanne d’Arc, qui a uni les Français autour de leur Roi, selon la volonté divine ; ainsi explique-t-elle à Charles VII, à l’issue de son sacre : « Gentil Roi, or est exécuté le plaisir de Dieu qui voulait que vous vinssiez à Reims recevoir votre sacre, en montrant que vous êtes vrai Roi et celui auquel le Royaume de France doit appartenir ». Si Jeanne a sauvé et réunifié la France en tant que Royaume terrestre, elle l’a aussi sauvée dans le Royaume Céleste. Par la Triple Donation du 21 juin 1429, elle fait de Jésus-Christ le vrai Roi de France, et de Charles VII et ses successeurs ses lieutenants sur Terre. Le pacte conclu à Reims en 496, lors du baptême de Clovis, entre Dieu et la France, est renouvelé. La fille ainée de l’Église retrouve sa place. Notons que ceci ne fut rendu possible que par la grande foi du Dauphin, qui a choisi de faire confiance à Jeanne d’Arc, étant un temps, comme il le dit lui-même « le plus pauvre chevalier de France : il n’a plus rien », avant d’aller se faire sacrer à Reims.

Jeanne, aujourd’hui

Figure historique de la patrie, Sainte Jeanne d’Arc a, encore aujourd’hui, un rôle à jouer. Si notre pays n’est heureusement pas en état de guerre civile, la France est toutefois au bord de la rupture, divisée en plusieurs clans. De même qu’en 1429, la France se cherchait un Roi, victime de l’incurie des précédents, elle est à ce jour quasiment ingouvernable, souffrant là-encore des défaillances de ses dirigeants. Enfin, la fille aînée de l’Église a atteint un niveau de déchristianisation très avancé : des églises sont pillées et profanées, d’autres tombent en ruines, certaines sont même vendues, et le magistère de l’Église n’a plus droit de cité, quand il n’est pas tourné en dérision. Le message, l’action et la foi de notre patronne secondaire sont donc plus que jamais nécessaires et d’actualité.

Sainte Jeanne d’Arc, priez pour nous !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s